vocation

Publié le par June Prune

J'ai laissé cet espace en friches quelques semaines. Mais je ne l'ai pas abandonné. En tous cas, je n'ai pas tout à coup arrêté de citer des gens. Et surtout pas de citer Elena Gianini Belotti. Certains d'entre vous me disent que son livre Du côté des petites filles est un peu daté. Oui. Mais pas tant que ça. Je cite aujourd'hui un passage sur la notion de vocation pour le métier d'enseignant.

Attention, ne vous sentez pas accusés, chers lecteurs profs, instits de maternelle en particuliers, parents, éducateurs... Belotti dénonce des travers que nous avons tous, moi la première. Je pense que nous pouvons accepter de nous remettre en cause sur ces thèmes sans pour autant avoir l'impression que notre travail a perdu toute sa valeur. Il n'a rien perdu du tout, et gagne même beaucoup à chaque fois qu'on se pose des questions.

 

Presque toutes tiennent à déclarer qu'il s'agit d'une "vocation". Le terme de "vocation" sous-entend un rappel de nature presque mystique auquel il est difficile de se soustraire, un désir de se rendre utile à la société, un désintéressement presque total quant à l'aspect économique de cette activité, de l'altruisme et l'esprit de sacrifice, ce dernier surtout. (Curieusement, ce terme n'est utilisé que pour les professions qui regardent la personne humaine dans ses aspects considérés, à tort ou à raison, comme les plus dégradants : l'enfance, la vieillesse, la maladie physique et mentale, l'anormalité, etc.) Or, l'esprit de sacrifice est toujours très suspect. On ne voit pas pour quel motif une personne saine d'esprit devrait spontanément choisir de se sacrifier au lieu de jouir le plus possible de la vie, et cela non seulement à des moments privilégiés de son existence, mais quotidiennement, plusieurs heures par jour, pendant de longues années, sans répit.

S'il en est ainsi, autrement dit si une enseignante choisit sa profession avec le projet malsain de se mortifier sans cesse dans le sacrifice, mieux vaudrait alors lui dire clairement que cette motivation la rend automatiquement inapte à cette tâche. Les professions devraient être choisies parce qu'elles nous plaisent, nous satisfont, nous rendent heureux, nous enrichissent, nous stimulent, même si elles ne manquent pas d'entraîner des situations momentanées où l'on doit faire appel à "l'esprit de sacrifice". Les enfants sont aimables et attrayants. [...] Si l'adulte a besoin d'appeler "vocation" le rapport éducatif, c'est que les enfants ne lui plaisent pas du tout, du moins pas assez ou pas comme il faudrait. Il n'y a rien de condamnable dans le fait qu'un adulte trouve les enfants fastidieux ou antipathiques, c'est un trouble psychologique comme un autre, mais alors il est préférable qu'il ne s'occupe pas d'eux.

 

Je vous ai fait cadeau de la dernière phrase d'abord pour ce ton de délicieuse ironie, mais aussi pour faire plaisir à Swan, qui appréciera le diagnostic de "trouble psychologique comme un autre".

 

 

I need explanations and some fitting solutions.

Commenter cet article

Swan 25/04/2011 21:58


Ahahahahahaah ! Je n'avais vu que ton dernier article et pas remarqué celui-là... En lisant "les enfants sont aimables et attrayants" je me suis dit "ohlala mais cette personne, qui semblait saine
d'esprit, fait preuve d'un aveuglement effrayant !" et quelques lignes après je me fais traiter de malade mentale =D !
Autant dire que je me suis sentie particulièrement visée par les dernières phrases et que ça m'a bien fait rire que tu me cites juste après.

Je préfère tout de même rester folle et penser que toute cette exaltation autour des enfants est une pure contrainte sociale infondée. Et qu'à force de s'extasier sur leur "innocence", leur
"pureté" et leur "candeur", on les prend pour plus bête qu'ils ne sont.

Ceci dit, je trouve l'analyse de Belotti très juste pour tout ce qui concerne l'esprit de sacrifice - et il n'y a pas que dans l'enseignement que c'est une lecture utile, je crois même que dans
"mon" champ - l'aide humanitaire - c'est quelque chose d'encore plus fréquent.
Some good "food for thought" comme on dit de mon côté de l'Atlantique =)


June Prune 07/05/2011 12:03



ah tu as mis du temps à la voir, cette petite kassdédi !