tard le soir

Publié le par June Prune

Je crois que c'était un militant d'ATD-Quart monde que j'entendais dire un jour que l'école renvoie souvent aux enfants une image très négative de leur environnement familial : il faut pas passer son temps à regarder la télé comme le font tes parents, les jeux vidéos c'est nul, on te laisse sortir le soir c'est pas bien, le ramadan c'est pas bon pour la santé, ya pas de livres chez toi c'est nul, faut pas lire tel magazine auquel tes parents sont abonnés...
C'est pas comme ça qu'on est garant de la sécurité affective de l'enfant.

Et ça va avec l'idée répandue chez l'éducateur moyen, du prof aigri à l'animateur de colo qui réfléchit pas, en passant par le directeur de centre de loisirs qui essaie de se donner une importance, l'idée répandue donc que certains parents en auraient rien à foutre de leurs enfants, qu'ils les laisseraient faire ce qu'ils veulent, qu'ils les laisseraient livrés à eux-mêmes. Et tout ça par bêtise ou par fainéantise.
Je ne crois pas qu'un parent puisse se désintéresser de son enfant !!!
Quand on travaille à des horaires pas possibles pour pouvoir nourrir sa famille, la question qu'on se pose le soir dans le RER en grêve qui nous ramène (on l'espère) auprès des enfants qu'on a à peine croisés le matin et qui devraient déjà dormir, c'est pas de savoir si le meilleur éditeur jeunesse est l'École des Loisirs, Milan ou MeMo, c'est pas d'hésiter entre un cahier de vacances ou un DVD éducatif, c'est de savoir si on a assez d'argent pour acheter du lait pour les 7 petits-déjeuners avant la fin du mois.
On n'a pas les moyens de se demander si Dora l'exploratrice, c'est pas un peu pourri, si on doit lire une histoire ou chanter une berceuse aux petits le soir et si on envoie plutôt les ados en colo karting financée par la mairie ou en stage de tennis, de violon ou de math.
On aimerait siéger au conseil d'administration du collège pour être bien au courant de tout. Mais l'École terrorise et renvoie les CSP- à des complexes d'infériorité douloureux. Et puis on n'a pas le temps, la crèche ferme à 18h30 et la voisine qui a récupéré le bébé doit sortir ce soir, il faut la libérer avant 21h si ce foutu RER bondé veut bien démarrer.
On aimerait jeter un oeil dans le carnet de correspondance de la grande pour savoir très vite si quelque chose s'est mal passé en cours de techno. Mais on n'a pas le temps il faut aller faire les courses avant que ça ferme et le RER n'a toujours pas quitté le quai j'arrive plus à respirer ya trop de monde et j'ai pas pu renégocier mon contrat 20h qui serait mieux que mon contrat 18h même si je sortirais toujours à 19h30 (les bons soirs).


Skalli, ce sont de beaux bijoux, au design très reconnaissable, que je qualifierais de pas géométrique mais presque. Une valeur sûre. Combien de fois ai-je trouvé THE solution chez Skalli quelques heures avant un anniversaire pour lequel j'étais chargée du cadeau commun... Parce que c'est un peu cher quand même : il faut plutôt s'y mettre à plusieurs. 4-6 rue de Birague 75004.


Tu me suis dans le miroir bien trop noir de ta nuit, nectar la nuit.

Commenter cet article

Philémon 30/12/2009 18:00


Moi qui ai fait un apprentissage de lutherie sur le tard, car j'étais trop diplômé pour intégrer le Lycée de Mirecourt (!), je n'ai jamais poussé mes enfants à faire de longues études, mais à se
faire plaisir dans leur métier.
Pourtant, l'aîné a fait son CAP de bijouterie à 23 ans, trop tard... Et les deux autres finiront à Bac + 6 ou 7...
Mais je dois dire qu'à part les périodes de non - travail, je n'ai pas trop à réfléchir à ce que je vais mettre dans l'assiette le soir.
Mais je suis d'accord avec vous. Quand il y a faillite éducative familiale, il faut que ce soir un tiers qui prenne ça en charge : milieu éducatif, éducateurs...


June Prune 30/12/2009 19:13


Pourquoi le CAP de bijouterie à 23 ans, c'est trop tard ? Que fait-il maintenant ?

Je suis d'accord qu'un tiers doit prendre ça en charge, ou plutôt, les éducateurs au sens large ne doivent pas se reposer sur les familles, ni leur imposer plus de responsabilités qu'elles n'en ont
déjà.


Macaron de Nancy 30/12/2009 08:56


Heureuse de lire ton post du jour... Je suis assez d'accord avec toi: évidemment quand on se pose la question de savoir si on va manger ce soir, vérifier que son gamin sait ses tables de
multiplication paraît dérisoire.
Mais je pense qu'il y a aussi autre chose (et là je vais me faire tirer dessus par au moins tous les profs de ce blog): les parents qui ont cravaché jusqu'au bac et qui se retrouvent avec un boulot
d'executant difficile et non valorisant, alors pour eux l'école ne sert à rien. Et ils préfèrent que leur gamin en sorte le plus rapidement possible pour avoir un métier... "un bon métier"... et là
boum cercle vicieux.. parents désinteressés de l'école, gamin non soutenu voire démotivé, échec...
Mais je suis d'accord avec toi June, les parents se désinteressent de l'école, pas de leur gamin... Mias dans certains milieux bien pensant l'un ne va pas sans l'autre...


June Prune 30/12/2009 15:42


Non, je ne crois pas que les profs lisant ce blog te tirent dessus, on est quand même nombreux à être conscients que l'école ne fait pas tout (euphémisme...) et qu'elle exclut presque plus qu'elle
n'élève. Mais pourtant cela fait six ans que je suis prof principale de classes défavorisées, et j'ai vu la très grande majorité, voire presque 100% des parents (et des élèves) vivant comme un
échec une orientation en filière professionnelle ou même technologique. Je n'ai pas vu tant que ça de familles qui veulent que leur enfant sorte de l'école très vite.

Aaaah les milieux "bien" pensant. Ils pensent souvent assez mal d'ailleurs ;-)


baladine 28/12/2009 19:23


ouaip ! beau texte ! juste c'est important de dire ça comme ça !!! cette injustice qui fait que non seulement on est pauvre mais qu'en plus on devrait en avoir honte et se sentir coupable !


June Prune 29/12/2009 18:25


merci ! et en plus ça fait du bien de le dire ici, quand on peut pas vraiment répondre tout ça à des collègues qui ne comprendraient pas !