secrets

Publié le par June Prune

Je n'ai pas été taggée, mais tant pis, je le fais quand même ! Parce que c'était bien sympa de lire le billet de crazyprof. Et bien sûr je ne tagge personne non plus, mais rien ne vous empêche de jouer aussi, amis bloggers !
Il s'agit de confier 7 secrets à ce blog.

1. Je n'aime pas les animaux. Je dis aux gens que j'en ai peur. Mais non, je ne les aime pas. Exceptions : un certain chat (mais je ne l'approche pas trop non plus, quand même !) et les lions, éléphants, girafes et ours du Parc de la Tête d'Or quand j'étais petite, et qu'on ne restait pas trop longtemps à les regarder.

2. J'ai une pochette pleine de feuilles volantes où j'écris de temps en temps, en français ou en anglais, mes coups de gueule et mes coups de cœur depuis une quinzaine d'années. J'ai tout gardé.

3. Je rêve éveillée. De temps en temps ce sont plutôt des cauchemars. La plupart du temps ce sont de belles histoires.

4. Quand j'étais petite, je voulais être Prix Nobel de la Paix. Aujourd'hui encore (et c'est ça le vrai secret).

5. J'ai détesté les math pendant loooongteeeeemps, ça a commencé un peu avant la prépa agreg' et ça ne fait que peu de temps que je suis réconciliée avec elles. Thank God, elles ne sont pas rancunières. Le truc le plus dingue c'est que j'ai détesté les math tout en adorant les enseigner (sauf la géométrie plane, que j'ai toujours aimée, mais détesté enseigner). Allez comprendre.

6. Il m'arrive encore, après plus de 6 ans, de me réveiller en me disant que finalement c'était une erreur, l'agreg', qu'ils se sont trompés de ligne en cochant mon nom, et qu'ils vont m'appeler pour me dire de la repasser.

7. J'ai l'air sympa comme ça, mais intérieurement je suis une vraie langue de teuhpu. Mieux vaut être mon ami(e). Ceux qui croient déjà le savoir, détrompez-vous, vous n'avez entendu que la partie émergée de l'iceberg. Cela reste un secret, car comme je change beaucoup d'avis, personne ne saurait à quoi s'en tenir entre ce que je disais il y a une semaine et ce que je pense vraiment aujourd'hui. Et le contraire.

Bon, j'imagine que je vous ai tous fait fuir les uns après les autres. Revenez ! Je vous adore, mes petits lecteurs ! Et m*rde, maintenant, après mon secret n°7, je ne vais plus avoir aucune crédibilité...


Toujours à l'horizon des soleils qui s'inclinent.

Commenter cet article

Philémon 14/11/2009 16:03


A défaut du Prix Nobel de la Paix, tu peux viser la médaille Fields, non ? Surtout pour faire la nique à tous les machos matheux...
Il se disait que mon prof de maths en fac l'avait obtenue...
Pour les animaux, condoléances... C'est tellement fascinant parfois, et surtout réconfortant.
Pour les rêves éveillés, j'ai arrêté le jour où les saloperies de la vie m'ont rattrapé... Enfin je dis ça, je continue parfois ;0)


June Prune 14/11/2009 18:35


Pour la fameuse Médaille, ce n'est pas un secret, tout ceux qui ont touché de près ou de loin aux math rêvent d'être un génie. Mon premier problème, c'est que mon métier, ce n'est pas la recherche,
et surtout surtout surtout, je suis bien loin du génie mathématique ! Mais ok, si c'est par féminisme, alors je veux bien essayer ;-)))
C'est qui, ton prof de fac ?


adrien 10/11/2009 18:03


eh toi! com n2 t'arrète de draguer?
c'est pa correct


June Prune 10/11/2009 19:32


tu as l'esprit mal tourné (t'es un homme, non ?)


adrien 10/11/2009 17:59


je veu voir cette pochette!!!
prix nobel? je sai pa je voudrai bien passer une nuit avec jessica alba mai je crain que ce soit impossible :-) (enfin qui sait)
poyur la langue de pute je savai mai en fait c'est évident...(t une femme nan?)


June Prune 10/11/2009 19:32


quel est le rapport en tre Alfred Nobel et Jessica Alba ? Pas compris...


carole 10/11/2009 09:45


Oui, ça doit être beau les math, j'imagine (de loin)


carole 09/11/2009 22:07


comment peut-on obtenir l'agrég de math en détestant les maths. ça c'est un grand mystère ! Personnalité complexe on dirait, intéressante :-)


June Prune 09/11/2009 23:24


J'avais répondu et pfffftt, plus rien, c'est la deuxième fois ce soir.

Je disais que j'ai persévéré car j'ai toujours su que j'allais me réconcilier avec cette discipline ingrate, ardue, pas sexy, mais pure et belle... Et que j'étais assez fière d'avoir tenu bon.

Je parlais aussi des raisons de ce dégoût : enseignement à outrance oui, et aussi enfer de la préparation du concours, (manque de) cohérence pédagogique de la fac en France, sexisme du milieu
mathématique...

Et je promettais d'écrire un jour sur ma relation mouvementée avec les math...