sacrifice

Publié le par June Prune

En ces temps de blocages des lycées, je suis extrêmement mal à l'aise. Je laisserai de côté le débat sur les retraites. Si vous me lisez un peu, et si vous vous baladez dans les blogs que je vous recommande, vous devez savoir où je me situe politiquement.

Pour moi, il y a une urgence, avant le débat sur les retraites (oui oui oui) : assurer l'entretien, voire la rénovation de l'ascenseur social (ne serait-ce que la réparation de l'escalier social qui semble complètement condamné). Les blocages des lycées ont des conséquences négatives surtout pour les élèves issus de milieux défavorisés. Et donc pour cette seule raison, je ne peux que m'opposer à cette méthode, c'est plus fort que moi. Je m'explique.

Quand un élève riche rate la moitié de ses cours, voire la totalité pendant deux semaines, ce n'est pas bien grave : il a un ordinateur avec Internet pour aller chercher les cours mis en ligne par les professeurs, il a des contacts qui ont déjà les cours des années précédentes, des parents qui peuvent lui expliquer la définition de "métaphore" ou la mise sous forme canonique d'un trinôme du second degré, sinon ils ont des amis qui ont des amis qui le peuvent. Et en dernier recours, il peut s'acheter des cours particuliers : Alexandre Guillot d'Acad*mia serait ravi de lui faire un cours de statistiques bien démago sur le comptage des manifestants. Et puis il y a aussi, dans les milieux favorisés, beaucoup de parents qui obligent leurs enfants à aller au lycée, quitte à ce qu'ils se retrouvent seuls en cours.

[Il a pas l'air trop bien, ce blog, que je viens de découvrir, en recherchant le nom exact de notre cher Alexandre ? Je finis cet article, et je vais en lire un peu plus.]

Tous les autres jeunes ? Tant pis pour eux. Ils sont comme tous les élèves, engagés en politique ou pas, ils préfèrent ne pas aller en cours. Donc politisés ou pas, ils perdent aussi deux semaines. Mais ils n'ont pas les moyens des riches pour rattraper. Et ils sont moins nombreux à avoir des parents qui les obligent à aller au lycée...

Quelle injustice ! Et personne, ni les profs, ni les élèves, n'en semble conscient. Comment être aveugle à ce point ? Comment peut-on dormir tranquillement quand on sait qu'on est en train de sacrifier la jeunesse (oui, les grands mots, oui) pour un combat perdu d'avance ? (oui, les retraites, c'est perdu d'avance, les syndicats savent très bien jusqu'où ils négocieront, et ce que le gouvernement acceptera de lâcher, cf le CPE...) (j'avais dit que j'en parlerais pas, mais bon). Deux ou trois jeunes racailles qui n'auront jamais de diplôme, si ça permet de sauver les salariés, c'est pas bien grave. (et au fait, les vrais pauvres, ceux qui sont sous le seuil de pauvreté, les dames du quai de Ouistreham, et autres chômeurs en fin de droits, ils peuvent espérer quelle retraite ?)

 

Et la prochaine fois, je vous parlerai encore de blocage, mais vu de la salle des profs.

 

 

My mama said a lady ain't what she wears, but what she knows.

Commenter cet article

Macaronde 10/11/2010 09:37


Yyyyyeeeeeeeeessssssssss!
les avantages sur la fiscalité pour les jeunes mariés sont à nouveau d'actualité!!!
Oui je sais c'est moche pour les divorcés, pour les pacsés.. c'est pas juste.. tout ça!
Mais moi je suis trop contente!!! Mon petit nombril sourit!


June Prune 10/11/2010 16:56



même si rien n'est sûr, toute bonne nouvelle est bonne à prendre !



Nina Gnagna 24/10/2010 16:26


Oui, en même temps, c'est bien d'être honnête ! Les lois sont les lois, si un avantage existe il est normal que les gens en profitent.
Je pense que les deux derniers commentaires montrent bien que toute la place de la famille, tous ses statuts au sein de notre société sont à repenser. L'absence totale de débat sur la question ne
me semble pas relever d'un simple hasard... On ne peut réfléchir sur ces thèmes sans amener la question des couples gays, ou de la double définition du mariage (civile/religieuse, un partage dont
certaines instances catholiques se passeraient bien!).
Tout cela n'est donc pas qu'une affaire d'argent... Mais je digresse (en même temps, c'est une des questions qui a attiré mon attention dans la récente actualité)


June Prune 25/10/2010 23:28



Je pensais justement aux LGBT quand je disais que le débat sur la famille était écarté... Il faut voir le traitement médiatique malheureusement presque uniquement festif de la dernière marche des fiertés, qui avait pourtant un mot d'ordre particulièrement militant sur le couple et
la parentalité ("Liberté et égalité partout et toujours"). Still a long way to go.



macaronde 24/10/2010 12:43


Alors je suis entièrement d'accord avec toi.. je n'ai pas besoin de cet argent... j'ai de la chance et en suis fière...
Par contre même sans en avoir besoin, c'est rageant de se dire qu'en se mariant une année plus tot, je les aurais eu.. et puis même si j'en ai pas besoin, 4000€ je ne crache pas dessus...loin de
là!et puis je ne les aurais pas fait dormir sur un compte, je les aurais réinjectés dans l'economie... c'est bon pour l'emploi? (comment ca mon argument est bidon!)
En fait, je ne comprends pas trop cette réforme: il n'ya de patrimoine commun qu' à partir du moment où il y a mariage (ou pacs)... donc comment peut on déclarer un patrimoine commun avant cette
date? ou alors on estime que deux personnes peuvent déclarer leur impot ensemble sans avoir de patrimoine commun.. et ca change beaucoup de chose pour bon nombre de couples en concubinage!!!
Bref si je n'etais pas concernée personnellement, je dirai que c'est tout à fait normal..(mis à part l'aspect juridique).. mais bon comme je dois dire une grand "oui!".. ben voilà ca me saoule.. et
c'est bien ce que je disais: je suis intéressée et pas trés citoyenne... mais au moins honnête, non?


June Prune 25/10/2010 23:22



C'est à la fois encore une réforme appliquée trop vite (pour vous, c'est rageant, et je le comprends parfaitement, et tu ne dois pas culpabiliser de réagir de façon intéressée... et en plus il y
a certainement des jeunes couples un peu fragiles financièrement qui ont planifié leur budget sur un ou deux ans, et un changement brutal de la fiscalité est très difficile pour eux) et une
réforme non justifiée, qui paraît arbitraire, et qui, comme dit Nina, évite tout débat "dangereux"...



Nina Gnagna 23/10/2010 11:37


Je me permets de répondre à Marine, même si ce n'était pas le sujet à l'origine... Les avantages fiscaux pour les jeunes mariés, si les deux conjoints gagnent bien leur vie, je ne vois pas
l'intérêt. Ou plutôt : les avantages fiscaux et autres aides devraient d'abord concerner ceux qui ont de faibles revenus. Au risque de me faire botter les fesses par commentaires interposés,
j'avancerais ceci : quand on cumule 4000 euros de revenus par mois à deux, a-t-on vraiment besoin d'allocations familiales / d'avantages fiscaux ? De plus, le mariage, les enfants, sont des choix
personnels. Pourquoi devraient-ils amener des avantages financiers si les intéressés ont par ailleurs les moyens d'assumer ces choix ?


June Prune 23/10/2010 14:37



Mais pas de problème, répondez-vous ! Si je peux permettre à mes lecteurs de se parler, c'est cool.


Ce que je dirais sur la suppression de l'avantage aux jeunes mariés, c'est que c'est un changement sans le dire des politiques de la famille en France. Et qu'un sujet aussi important, qu'on
soutienne la notion de famille ou pas, ça mériterait peut-être un peu plus de débat, et de franchise de la part du gouvernement.



Marine 22/10/2010 17:09


Depuis le début du débat sur les retraites, je m'interroge? Pourtant d'habitude, j'ai un avis tranché sur tout (qu'il soit con ou judicieux, d'ailleurs). Bref, normalement je me forge mon
opinion.

Mais cette fois c'est compliqué. Enfin, moi je ne sais plus quoi penser. Parce que a part que la manière dont les négociations sont menées par le gouvernement est du niveau maternelle (c'est moi le
plus fort, alors je te tire la langue), pas facile tout ça...

Oui c'est injuste cette réforme, oui l'avantage fiscal qui saute pour les jeunes mariés c'est vraiment pourri, oui le fait que les jeunes défilent, et ben ça veut dire qu'ils ne sont pas à l'école
et qu'ils vont encore plus galérer après, oui de nos jours le diplôme fait tout, oui cette loi n'encouragera pas les études longues. oui oui oui.

S'il y avait LA bonne solution, on en serait pas là...


June Prune 23/10/2010 14:29



Le pire c'est effectivement le niveau du débat, et c'est exactement ce qui fait que j'ai pas du tout envie de le suivre dans le détail.