RH (fin)

Publié le par June Prune

Suite de mon article de mercredi.

 

Et moi, pourquoi ai-je fait ce choix ?

Pour cette année scolaire, pendant laquelle ma vie est appelée à être complètement bouleversée, je voulais, au contraire, dans mon travail, changer le moins de choses possibles par rapport à ce que je faisais les années précédentes. Je voulais des niveaux que je connais bien, des niveaux que je trouve intéressants, et des niveaux pour lesquels le programme a été peu modifé.

Il y a eu pas mal de modifications dans le programme de Terminale S pour cette année, dont des notions qui n'ont jamais été enseignées en France au lycée, et qui ont été très mal enseignées aux profs de math pendant leurs études. Mais les programmes des autres filières de Terminale ont beaucoup plus changé, et surtout je les connais moins bien. Les programmes de Première dans toutes les filières sont nouveaux pour moi, puisque je n'ai pas eu de Premières l'année dernière lorsque les changements ont été mis en place.

J'ai aussi choisi une classe de Seconde, niveau que je connais très bien, dont j'ai travaillé sur le nouveau programme il y a un an.

J'ai, de plus, demandé à être prof principale de Seconde, comme d'habitude. Ce qui a été accepté sans problème (une membre de la direction est quand même bien plus rigoureuse et cohérente que les autres).

Quant à mes collègues, ils sont extrêmement choqués qu'on puisse "abandonner" des Terminales S une partie de l'année, alors qu'un changement de prof principal dans une année aussi décisive que la Seconde ne leur fait ni chaud ni froid.

 

Je comprends parfaitement la peur de toutes ces personnes qui ne sont pas d'accord avec mes choix : nous connaissons tous les dysfonctionnements du système de remplacement dans l'Education Nationale. Nous avons tous connu des classes qui ont vu défiler 6 profs de math pendant une seule année scolaire ou qui ont cumulé 3 mois sans prof de math ou tout ça à la fois. Et, cela commence à se savoir, la pénurie de profs de math depuis deux ou trois ans est dramatique.

Mais on m'a trouvé un remplaçant en deux jours. Je soupçonne que si je n'avais eu "que" des Premières ou des Cinquièmes, cela aurait été bien moins rapide.

 

Il y avait des risques qu'on ne me remplace pas, ou qu'on me remplace mal ? Ce n'est pas mon problème.

Ce n'est pas aux professeurs de trouver des solutions aux problèmes de gestion des ressources humaines dans l'Education Nationale.

Commenter cet article

Judith 26/10/2012 10:04

Salut June Prune,
Pour une fois je ne suis pas d'accord avec ton argumentaires et je vais être un peu direct, mais tu recherches le débat n'est ce pas ?
Tu n'expliques ton choix de garder cette classe de terminale que pour des raisons personnelles, où sont les élèves ? Dans une année ou le stress est important et la pression de la réussite à
l'examen très forte, il me semble oui, qu'ils ont besoin de stabilité. Et que même si le remplacement est bon, meme très bon, même s'ils ne vont, malgré tout, ne prendre aucun retard sur le
programme, le fait de changer de professeur et de devoir s'adapter à de nouvelles méthodes de travail prend du temps et de l'énergie et ajoute un stress supplémentaire, alors qu'ils devraient
consacrer cela à leur travail. Effectivement le risque qu'on te remplace pas ou mal n'est pas ton problème mais celui des élèves.

June Prune 26/10/2012 23:06



Merci Judith ! Oui, je suis bien contente quand on n'est pas d'accord avec moi !


En fait, j'adhère quand même à ce que tu dis (oh ben non alors, on allait bien s'amuser ;-) )... sauf que c'est exactement le même problème avec toutes les classes. Le besoin de stabilité est le
même pour tous les élèves, peut-être en effet plus important dans les classes d'orientation que sont la 6e, la 3e, la 2de, la Tle. Et encore, combien d'élèves me disent qu'ils ont commencé à
décrocher en math en 5e (je n'ai pas choisi cette classe par hasard dans mon article du 19 octobre).


Comme tous les élèves devraient garder la même équipe toute une année, cela signifie donc qu'un prof ne peut jamais prendre un mi-temps annualisé ? partir en congé maternité ? se casser une jambe
?


Notre métier est-il le seul où les gens sont irremplaçables ? (merci, c'est trop d'honneur ;-) )


En fait, ce dont les élèves ont besoin, c'est de stabilité dans les approches pédagogiques. Effectivement, lorsqu'on compare les cours de deux profs d'une même matière dans un même niveau, c'est
souvent le jour et la nuit. Et je trouve ça profondément regrettable. Mais encore une fois, le problème vient du manque (ou de l'absence) de travail d'équipe, du manque (ou de l'absence) de
directives officielles. Au nom de cette sacro-sainte liberté pédagogique, les élèves ne connaissent que rarement cette stabilité indispensable.


(c'est aussi une question à se poser : de quel degré de stabilité un apprenant a-t-il besoin ? En formation de formateurs, et en formations Bafa et Bafd, il nous est souvent arrivé de provoquer
volontairement de la déstabilisation chez les stagiaires...)


(et à cause de cette sacro-sainte liberté pédagogique, on laisse les profs débutants dans un flou et une détresse totale, mais ce n'est pas le sujet ici)


Alors, est-ce au prof lambda (moi !) de faire le choix douloureux entre deux élèves : lui, ok, je veux bien lui accorder une année déstabilisante, tant pis pour lui, il s'en remettra... lui, par
contre, non, je vais le préserver des dysfonctionnements du système...