marginal

Publié le par June Prune

Le problème majeur du cours magistral, ce n’est pas qu’il manque d’efficacité, c’est qu’il soit trop efficace et entretienne de la dépendance quand il devrait émanciper. Le pouvoir de fascination de la parole est immense et, de captivé, on finit facilement par devenir captif.

Philippe Meirieu

 

Ceci est un pense-bête pour moi-même, en ce jour de reprise.

Ce n'est pas comme si j'allais oublier ces dix jours en tant que formatrice BAFA, mais on ne sait jamais ce qui peut m'arriver ce matin en franchissant la porte de la salle des profs. J'ai passé dix jours à travailler dans une réelle réflexion pédagogique, un beau travail d'équipe et une dimension humaine forte. Je suis encore complètement euphorique, mon défi du moment étant de continuer à flotter à 10 cm du sol et à maintenir l'ébullition intellectuelle aussi longtemps que possible. Vous faire découvrir petit à petit mon stock de citations/phrases du jour, c'est déjà un bon début.

 

 

Do you miss me, Miss Misery ?

Commenter cet article

Philémon 02/03/2011 22:59


On est bien d'accord que c'est plus subtil que ça, et qu'il s'agira selon tel ou tel de prendre une pincée de chaque...


Philémon 01/03/2011 16:01


C'est bien vrai, ce que dit Philippe Mérieu.
Mais il en est aussi de la lecture, on peut finir captif...
Le propre de l'éducation, de d'amener le jeune à l'autonomie, et de lui apprendre à apprendre.
Mais par mimétisme, ça peut marcher aussi, non ?


June Prune 02/03/2011 18:58



aaah l'émancipation par l'éducation... grande question.


Le mimétisme, ça peut marcher un peu, Jaurès le disait ("on n'enseigne et on ne peut enseigner que ce que l'on est"), mais ça ne fera pas tout, et ce n'est pas souhaitable : si on ne fait
qu'imiter, on n'accède pas à une véritable autonomie.



Océane 28/02/2011 09:46


Tu feras partager ton euphorie à tes collègues aussi, c'est certain :)


June Prune 28/02/2011 22:53



euh je les ai plutôt fuis, aujourd'hui...