grade

Publié le par June Prune

Grade. J'aime bien ce mot anglais ou plutôt américain, comme traduction de "note". C'est mieux que mark, car il contient la notion de niveau atteint.

J'ai essayé de me tenir à l'écart du débat débile sur la suppression des notes à l'école primaire, mais un article de Swan' m'y a plongée malgré moi. On a fait semblant de pas être d'accord, toutes les deux, à l'occasion d'un petit échange de commentaires. Je voulais lui répondre en commentaire encore, mais je me suis dit que ça valait bien un billet ici. Oui, je commente ailleurs et je vous délaisse ici, il faut remédier à cela. Joyeux Noël.

 

Pêle-mêle, quelques petites réflexions.

* Les enfants sont malins.

* Les enfants ne sont pas très heureux à l'école française. Et c'est pas à cause des notes. Le problème est beaucoup plus large que ça. Swan' me demandait mes sources. Il y a plein d'articles récurrents dans les journaux, qui parlent du mal-être à l'école, de l'allergie scolaire, etc. Mais ce que je trouve le plus parlant, c'est la vieille Lettre à une Maîtresse d'École.

* On n'a aucun scrupule, dans l'école française, à laisser les enfants avec des demi-connaissances.

 

Et pour finir une grande réflexion importante : à mon avis, l'erreur du système scolaire à la française est de considérer que tous les élèves sont égaux, et donc de leur dispenser à tous le même enseignement. Ce serait très beau si c'était vrai, que tous les enfants étaient égaux. Mais c'est un leurre ou un mensonge selon le point de vue. Et quand on essaie de changer un peu cela, on sépare les élèves selon les capacités (chose qui n'est jamais définie), et ces groupes finissent, dans le conscient ou l'inconscient collectif, par se classer du plus prestigieux au plus déshonnorant.

 

Les notes ne devraient être qu'un moyen d'évaluer les progrès. Avec des nombres, des soleils et des nuages, des couleurs, des lettres ou des "bravo", ça n'a aucune importance.

Les mauvaises notes (ou les gros nuages ou les "rouge", ou les E, ou les "insuffisant") ne devraient être qu'un signal d'alarme, pour le prof comme pour l'élève, indiquant qu'il faut revoir la notion. Et il faudrait tout arrêter et revoir la notion. Ne pas accepter de laisser une difficulté s'installer. Ne pas accepter de garder une demi-connaissance.

 

 

Ton souhait serait d'être une autre.

Commenter cet article

Philémon 31/12/2010 15:26


Ou comment individualiser un enseignement dans un cadre collectif ?
Vaste question...
Se rappeler simplement que chaque enfant est unique, qu'il évolue à son rythme, et qu'au final, il aura rattrapé son retard si on lui en aura donné les moyens.
L'acquis des connaissances devrait s'évaluer en fin de vie : qu'ai-je appris, et à quoi cela m'a-t-il servi ?
Et ne pas oublier le milieu familial qui permet heureusement de corriger la rigidité et la "moyennisation" de l'enseignement en France.
Mes enfants sont aussi riches de ce que je leur ai montré ou donné à voir que de ce qu'ils ont appris à l'école.


June Prune 01/01/2011 21:06



et en fait il faudrait déjà arrêter de penser en termes de "retard".


Oui, heureusement qu'on apprend aussi à l'école de la vie.