germaine

Publié le par June Prune

Dites, ça commente plus beaucoup... Je dis ça, je dis rien. (Alors je dis rien, c'est mieux.)

[Spéciale dédicace à ma Maman...]
Je travaille au Chat Botté
Dans le centre-ville,
Je vends l'hiver et l'été,
Des mules en reptile
C'est mon destin je suppose,
J'ai quinze ans d' maison,
Ça sent pas toujours la rose,
C'est le reblochon.
Dans le cas de cette fillette
Qui tend son pied droit,
Son prénom doit être Berthe,
Pointure 43.
Il est l'heure de mon sandwich
Mais je n'ai plus faim,
Asphyxié par une péniche,
Telle sera ma fin.

On ne veut plus les quitter
Quand on les enfile,
Essayer c'est adopter
Les mules en reptile.

Je surveille au Chat Botté
Derrière mes lentilles,
Au rayon des nouveautés,
Une longue fille,
Elle regarde les savates
Et puis finalement,
Elle me dit qu'elle convoite
Les mules en serpent.
Elle me confie son pied nu
Comme à une soeur.
Il est fin, petit, menu,
Bref, sans épaisseur.
Je le respire, je le flaire,
Enfin je le hume,
Je voudrais mettre sous verre
Ce qui le parfume.

On ne veut plus les quitter
Quand on les enfile,
Essayer c'est adopter
Les mules en reptile.

Jamais eu au Chat Botté
Cette démangeaison,
Cette envie de bécoter
En quinze ans d' maison,
Je repousse l'idée sotte,
L'idée saugrenue,
L'idée d' proposer la botte
A cette inconnue.
Quand soudain le carillon
Annonce la nuit,
Et pareille à Cendrillon,
La fille s'enfuit,
Me laissant désappointé,
La mule à la main,
Elle s'enfuit du Chat Botté,
Passe son chemin.

On ne veut plus les quitter
Quand on les enfile,
Essayer c'est adopter
Les mules en reptile.

J'me faufile dans la réserve
J'entrouvre la boîte,
Tout le parfum que conserve
la pantoufle droite
Me traverse les narines,
Dilate mon coeur,
Me réchauffe la poitrine
Comme une liqueur.
Moi qui avais le bourdon,
J'ai la chair de poule,
Et même la chair de dindon,
Quand j'éteins l'ampoule,
Il me semble être avec elle,
Elle à mes côtés,
Je rêve d'une vie nouvelle
Loin du Chat Botté.


Avant, c'était Chez Blondin. Yassa, mafé, corossol et compagnie, jolie déco, service sympa. Maintenant, c'est encore un restau sénégalais et ça s'appelle Mussuwam. Il faut que j'aille le tester. (Mon blog me sert aussi de pense-bête.) 33 boulevard Arago, 75013.


Moi, les objets, je les baptise.

Commenter cet article

Sarah-Lou 28/01/2010 11:45


Oh Thomas Fersen je l'adoooore!!


June Prune 28/01/2010 17:39


bienvenue au club !


B 28/01/2010 08:29


Un concert qui vous rend heureux!Ce chanteur laisse parler son imaginaire(pour prendre un mot à la mode).Cela devrait être un exemple: à l'école on apprend à l'enfant à taire tout ca:efficacité
oblige!Laissons aux enfants le temps de réver.


June Prune 28/01/2010 17:38


2 et 2, 4
4 et 4, 8
8 et 8 font 16,
Répétez, dit le maître !
Mais voilà l'oiseau-lyre
qui passe dans le ciel...

Il avait tout compris, Prévert !


C 27/01/2010 19:06


Rien à voir avec ton billet, sorry, mais j'ai posté le billet de "la chaine" chez moi :-)... Veux tu que je te l'envoie aussi si tu voulais tous els mettre ici, ou non?
Bises


June Prune 27/01/2010 19:14


j'ai déjà mis un com ! Je peux copier-coller, donc pas de pb !
A part ça tu es le 200e com, félicitations !


Océane 27/01/2010 08:41


Merci, j'ai une affection toute particulière pour Thomas Fersen ! Bonne journée à toi :)


June Prune 27/01/2010 15:53


Il est tout simplement génial. Je l'ai encore vu en concert hier soir, un vrai bonheur !