faucon

Publié le par June Prune

Pendant que je ne suis pas là (mais pas où, en fait ?), une réponse du Faucon à la chaîne sur la formation des enseignants.
La bonne adresse du jour reviendra en même temps que moi.
La phrase de fin n'est pas tout à fait tirée d'une chanson...



A. Un "bon prof" en 5 mots
Etre soit même. Tout simplement, avec ses qualités et ses défauts. Ne pas essayer de jouer un personnage. Les enfants savent reconnaître les personnes vraies. Ca ne sert à rien de jouer les surhommes…

Pédagogue. Parce que c’est la moindre des choses. Le rôle du professeur, c’est d’enseigner et de transmettre des connaissances et des compétences. Pas d’éduquer les enfants, ça c’est le rôle de parents qui ont trop souvent à l’oublier…

Compétent. Dans son domaine technique ou de connaissance, le professeur doit être compétent. Là encore, la moindre des choses. Pas cette compétence pédante de celui qui sait et emmerde et écrase les autres avec son savoir…

Respectueux et inspirant le respect : Il y a dedans une notion de sévérité du professeur. Genre le gars qu’on a pas envie d’emmerder, parce que… Mais savoir aussi que cette personne nous respectera en tant que gamin. Nous respectera et ne nous trahira pas. Mais nous sanctionnera, farouchement, si on ne respecte pas la règle qu’il nous a fixé.

Etre un modèle, et être source d’admiration : je suis un con, mais j’avais tendance à admirer certains de mes professeurs. Je ne marquerai pas leurs noms ici, mais de ce professeur d’histoire de 6eme, ce professeur de physique de tout mon collège, mes profs de math et d’histoire de Terminale, et je n’oublie pas les nombreux professeurs que j’ai eu durant mes 5 ans d’école d’ingénieurs (classes prépa incluses), il y a beaucoup de professeurs qui ont été pour moi des modèles… Des gens que j’ai fait plus que de respecter, je les ai admiré.

Un peu comme dans ma vie professionnelle. Le bon supérieur hiérarchique a les qualités requises, en plus cette d’être quelqu’un que l’on peut prendre pour modèle. Je suis comme ça, j’ai besoin d’admirer quelqu’un, peut être, pour le respecter encore plus. Et dans ce milieu professionnel, pour être capable d’aller au feu pour lui. Un peu comme à la guerre : peut on se sacrifier pour un chef, ou à défaut une cause, en qui on ne croit pas ?

Je ne dis pas que le professeur doit être un général ou un supérieur hiérarchique. Mais avoir une attitude faisant de lui quelqu’un de respectable, ça fait de lui un professeur avec ce quelque chose en plus…

B. Ce que les profs devraient apprendre

Je n’aime pas trop cette question. Je n’aime pas les « parents d’élèves » qui pensent être capables de juger les professeurs, et ceux qui pensent savoir qui est un bon prof, et qui est nul à jeter dans la salade… Chacun son boulot : je n’aimerais pas qu’un prof me juge dans mon travail professionnel, je n’ai pas envie de me joindre au cri des mères de famille à dire « ce prof est nul, je veux que mon enfant merveilleuse tête blonde soit dans une autre classe ».

Je pense que déjà nous (les enfants, les parents…), on devrait apprendre à se rappeler qu’avant être prof, le prof a été élève. Donc il se rappelle, donc il se souvient, donc il a l’expérience de l’autre coté. Il a été gamin lui aussi…

Après, si je voulais répondre à cette question, peut être manque t’il au professeur ce qui manque à toute profession en fait. Une connaissance de ce qu’est le métier, ou milieu professionnel, d’à coté.
Mais je sors du domaine purement professionnel. J’arrive dans la politique, et la gestion d’entreprise. Mais quand j’entends Gérard Aschieri, le salarié que je suis, avant d’une entreprise privée maintenant plus, s’étrangle des fois. Et peut être le genre de discours caricatural, qui des fois agresse des salariés d’autres professions, ou des artisans commerçants, ajoute à un discrédit injuste à cette profession d’enseignant qui soit être protégée.

Je crois que c’est ça que les profs devraient apprendre. Déjà à changer leurs responsables syndicaux pour en mettre des moins caricaturaux. Cela n’enlève rien à leur travail avec les élèves.

Enfin, et d'une manière générale, tout le monde à toujours pleins de choses à apprendre, y compris ceux qui enseignent...

C. Pour faire un prof... ce qui s'apprend, ce qui ne s'apprend pas
Etre soit même, ce que j’ai mis en première qualité. Et la relation avec autrui, qu’il soit enfant, parent, grand frère, etc. Parce que professeur, c’est d’abord un métier de relation. Il faut, j’imagine, aimer les autres, à défaut ne pas en avoir peur. Et ça, ça ne s’apprend pas.

On apprend les méthodes pour transmettre des connaissances, mais on n’apprend pas à transmettre des connaissances…

De la même manière, apprend t’on l’autorité ? Apprend on à se faire respecter, où est ce quelque chose de naturel ? Ca, c’est une question que je me pose…


Et quand bien même ça soit dur, je me dis que des fois on doit passer de jolis moments quand on est professeur…





Il se dit peintre, et poète, tu vois le genre.

Commenter cet article