lonely

Publié le par June Prune

Peut-être qu'on dirait pas comme ça, mais mon article de mercredi représente un immense progrès pour moi. Je suis passée de la question "comment faire pour que cela ne se reproduise plus" à "comment faire pour que ceci se reproduise". Plutôt que d'analyser des échecs, j'arrive maintenant à analyser les succès.

Alors bien sûr, quand on se penche sur ce qui marche bien, quand on arrive enfin à cerner pourquoi ça marche, on arrive très vite à réfléchir à la formation. Je suis tombée sur un blog passionnant (malheureusement arrêté) qui m'a complètement bouleversée, sur les débuts difficiles d'une prof, qui a des problèmes horribles mais complètement normaux et prévisibles, et qui pourtant n'a pas été préparée à les affronter, ces problèmes.
De mon point de vue, il s'agit surtout de l'isolement dans lequel nous sommes tout au long de notre carrière. Cela commence dès le concours (et certaines fois même pendant la préparation) et ne s'arrête jamais. Quand l'équipe pédagogique d'une classe existe, que c'est pas juste des individus qui se croisent vaguement au milieu des casiers pour se plaindre de leurs "demeurés" d'élèves et de leur affreuse administration-qu-on-a-jamais-vu-un-proviseur-aussi-nul, mais que c'est un vrai soutien, alors ce sont les collègues de la discipline qui la jouent perso.
The other way around too, mais ça m'est jamais arrivé (I<3lesprofsdemath).

Ce qui n'est pas très surprenant, finalement. Pour que l'une (profs de la même classe) ou l'autre (profs de la même matière) des équipes fonctionne, il faudrait qu'on puisse travailler en équipe : lieux de réunion, moyens de communication, temps (on pourrait attendre 3 ou 4 heures que tout le monde soit sorti de cours pour se voir, mais pendant ce temps, il faudrait pouvoir travailler, donc avoir une table et une chaise, des livres, éventuellement un téléphone et un ordinateur). Et il faudrait qu'on sache travailler en équipe. Un thème sur lequel je me suis penchée en tant qu'animatrice de centre de vacances, en tant que directrice, en tant que formatrice d'animateurs... mais jamais en tant que prof.

J'ai vu le film Le Petit Nicolas. Juste pour vous parler de l'expression du visage de Sandrine Kiberlain quand le directeur lui demande un spectacle pour la venue du ministre... vous aviez pas besoin de lire tout mon blabla avant. Ce visage résume toute la détresse et la solitude des profs.


Where do they all belong ?

Commenter cet article

Mathieu L. 14/11/2009 18:59


C'est fait !


Mathieu L. 14/11/2009 17:07


La solitude est un problème qu'il faut prendre de différentes manières.

Tiens, vous venez de me donner une idée de billet. Au travail !


June Prune 14/11/2009 18:44


tenez-moi au courant quand le billet sera prêt !


La prof qui a eu des débuts difficiles 10/10/2009 20:42


Comme tout auteur de blog, je consulte (de plus en plus rarement) mes statistiques et là je me rends compte que: 1. on parle de moi 2. quoi? j'ai écrit ce blog en 2007?
Ecrit en 2007, alors que ça faisait 10 ans que je n'étais plus débutante. Les 10 années suivantes ont été plus ou moins difficiles; LP, à Créteil, voyez comment on tente de faire venir ces élèves
en ce moment, bref... Je ne sais pas ce qu'il faudrait faire, certainement beaucoup, beaucoup trop en ces temps où on parle de réduire les fonctionnaires et les dépenses publiques.


June Prune 11/10/2009 16:40


Merci pour votre commentaire ! Le fait que, malgré ce que vous disiez à l'époque, vous n'ayez pas changé de métier, aurait tendance à m'aider à être optimiste.
Je ne sais pas non plus ce qu'il faudrait faire. Mon blog n'a pas la prétention de proposer des solutions (y en a-t-il ?). Mais plutôt de mettre des mots sur ma vision personnelle du métier et
d'échanger sur ce sujet avec mes lecteurs, profs ou pas !


la sagesse 06/10/2009 22:32


je pense qu'il y a une chose qui s'enseigne c'est la connerie humaine!


June Prune 06/10/2009 22:51


tu crois pas si bien dire, cher sagesse
J'ai toujours été frappée par le constat que les sexistes, les racistes, les vendeurs d'armes, les homophobes et autres ordures ont été à l'école.


Philémon 06/10/2009 18:43


C'est difficile d'imaginer qu'alors même que l'on va enseigner le travail en équipe, on ne soit pas capable de le pratiquer soi-même...
J'ai toujours eu pour habitude de former les jeunes consultants que j'ai embauché, et leur apprendre qu'à plusieurs, on est plus fort et plus efficace.


June Prune 06/10/2009 22:23


mais c'est juste qu'on ne l'enseigne pas, le travail en équipe !!!!