temps

Publié le par June Prune

Ce matin au boulot, je vais voir des gens. Ça va me changer de mon écran. Et je saurai enfin ce que je ferai demain, après-demain, la semaine prochaine, dans un mois. Pas facile d'être efficace dans le milieu associatif quand on ne peut rien planifier après le 1er septembre, surtout quand le 1er septembre, c'est le lendemain.

Des français, quand on voyage, il y en plein. On les reconnaît de loin, avec leur accoutrement Quechua, ou les filles en jolie petite robe à fleurs d'un autre âge... Comme les italiens avec leurs sacs à dos Invicta. Mais des français, il y en a plus que des italiens. Partout. Tout le temps. Et quand il n'y en a pas, il faut aller au musée d'art moderne ou contemporain du coin, ils y sont. On se sent fier de l'exception culturelle française et tout.
Sauf que des fois pas. Il arrive que l'on tombe sur le français France profonde. (Au fait, il y a des français France profonde à Paris et des gens ouverts et généreux dans tous les départements. Je ferai ma sale petite parisienne un autre jour.)
Non, l'archétype du beauf bedaine et casquette ricard, on le rencontre peu à l'étranger. Je veux parler de celui qui se cache derrière un look un peu routard et qui ouvre sa table d'apéro. Jusque là tout va bien.
Mais il ne l'ouvre qu'au français, sa table -ça fait du bien de voir des français-,
il boit la bière qu'il connaît -leur ***** elle est dégueulasse quand même rien ne vaut une kro-,
il cherche les lieux authentiques -c'est pas très typique ce camping-,
il cherche les lieux qui bougent -personne ne boit personne ne danse ça bouge pas du tout ce camping-,
il entame la conversation avec les clichés sur les locaux -ça fait du bien de penser la même chose.
Et très vite viennent les propos misogynes, homophobes, xénophobes.
Non je ne pense pas la même chose. Non les blagues sur les hommes qui portent des t shirts roses ça me fait pas rire, non j'ai pas d'avis sur la proportion de filles refaites ici, non j'ai pas envie d'un bon camembert.
Non je comprends pas le français. Voila ce que j'aurais dû dire dès le départ.


Und ihr trämt von einem Rock-Festival auf dem Alexanderplatz mit den Rolling Stones und 'ner Band aus Moskau.

Commenter cet article